Château d'Audrieu

14250, Audrieu
  • Chambre

« Bienvenue au Château d'Audrieu »

Histoire et personnages illustres

Entouré d'un exquis jardin à la française et d'un vaste parc arboré, le Château d'Audrieu, magnifique résidence du XVIIIe siècle classée monument historique, se distingue par sa convivialité et son élégance.

Devenu un hôtel en 1976, le Château d'Audrieu est un parfait exemple du bon goût et de l'art de vivre à la française. Les cheminées et les meubles d'époque confèrent une touche personnelle à cette résidence ancestrale. Vous pourrez séjourner dans l'une de ses chambres ou suites qui allient luxe, espace et confort, et dont certaines comportent des boiseries d'origine.

Découvrez une cuisine étonnante et innovante au restaurant gastronomique. Pour votre plus grand plaisir, l'hôtel comprend également un bar à l'atmosphère distinguée proposant des plats légers ainsi que des boissons accompagnées de petits fours salés ou sucrés, servis à l'intérieur ou sur la terrasse.

Pendant votre séjour, vous pourrez vous détendre dans les charmants jardins de l'hôtel ou vous baigner dans la piscine extérieure chauffée. Une borne de recharge pour les voitures électriques est disponible.

La demeure aujourd'hui

L’histoire du Château d’Audrieu est étroitement liée à celle de la Normandie et de son plus célèbre représentant, Guillaume le Conquérant. Il devint Guillaume II de Normandie en 1035 après la mort de son père. Il transforma la Normandie en un duché puissant, indépendant du royaume de France. Après sa victoire à la bataille de Hastings, Guillaume devint roi d’Angleterre en 1066. Son épopée est illustrée par la tapisserie de Bayeux, une précieuse broderie réalisée au XIe siècle, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO et conservée au Centre Guillaume le Conquérant de la ville de Bayeux.

Le village d’Audrieu, déjà connu pendant l’Antiquité sous le nom d’Alderium, n’est qu’à une dizaine de kilomètres de Bayeux. On y a découvert des traces de demeures gallo-romaines, ainsi qu’une motte féodale. Le village abrite également l’église gothique de Notre-Dame d’Audrieu.

Le château se situe près du village. Bien que son architecture actuelle date du début du XVIIIe siècle, son histoire remonte au XIe siècle. À l’origine, la seigneurie d’Audrieu appartenait à la famille Percy. Guillaume de Percy, l’un des membres de cette famille, participa à la bataille de Hastings aux côtés de Guillaume le Conquérant. Selon la légende, le Sire de Percy était le cuisinier personnel de Guillaume le Conquérant.

On raconte qu’à Hastings, il assomma quelques Saxons à coup d’écumoire. Cela lui valut d’être anobli, devenant ainsi le premier seigneur de Hastings et établissant le duché de Northumberland. Ses descendants fondèrent l’abbaye de Juaye-Mondaye Abbey (qui se trouve non loin et mérite une visite), et construisirent le château.

En 1593, Audrieu devint la propriété de la famille Séran, suite au mariage de Marguerite de Percy et de Guillaume de Séran, gentilhomme de la chambre du roi. Son domaine fut élevé au rang de baronnie en 1615. Le château fut vendu lors de la Révolution française et revint à la famille Séran pendant la Révolution des Bourbon.

Il devint propriété de la famille Livry-Level suite au mariage de Nicole Saillard de Boisberthe, dont le tableau monumental présentant la mort d'un ancien Commandant Saillard est exposé à la réception, descendante de la famille Séran, et de Philippe Livry-Level ( [xxxxxxx] ), qui fut résistant, pilote de la France libre, maire d’Audrieu et député du Calvados.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée allemande y installa son quartier général. Le 8 juin 1944, 24 membres de la 3e Division d’Infanterie canadienne et deux soldats britanniques furent tués dans les vergers, les forêts et les clairières entourant le château.

Classé monument historique depuis le 27 décembre 1967, le château est devenu un hôtel 5 étoiles et un membre de la prestigieuse Association des Relais et Châteaux en 1977.


Contacter
  • Numéro de téléphone
  • Adresse mail
  • Carte d’identité / Passeport
  • A déjà été loueur

Langues parlées : français