Château de Pibrac

31820, Pibrac
  • Événements

  • Ouvert aux visites

« Célébrer un mariage au Château de Pibrac , l'un des rares châteaux renaissance d'Occitanie, à 20 minutes de Toulouse. »

Histoire et personnages illustres

À l’origine se trouvait un manoir à vocation défensive qui a été remplacé à la renaissance par le château que nous connaissons aujourd’hui.

Cette place forte est arrivée dans la famille du Faur lors du mariage de Causide Doulce avec Pierre du Faur. À sa mort le père de Causide transmit le château et le titre de seigneur de Pibrac à son gendre. C’est ainsi que le château de Pibrac rentra dans la famille du Faur pour ne plus jamais la quitter.
En 1540, Pierre du Faur décida de remplacer l’ancien manoir par une résidence d’apparat et confia le chantier au célèbre architecte toulousain Nicolas Bachelier.
C’est à cette époque que le château de Pibrac vit naître Guy du Faur de Pibrac, seigneur de Pibrac et Chancelier de la reine de Navarre et du duc d'Anjou. Il recevra d’ailleurs les deux reines de France, Catherine de Médicis et de Margueritte de Navarre, au château de Pibrac en 1578.

Pendant la Révolution française, la comtesse de Pibrac se retrouve seule à veiller sur le château en 1790 après que son petit-fils fut guillotiné à Toulouse à tout juste 20 ans. Elle meurt 4 ans plus tard alors qu’une partie de la famille s’est installée dans l’un de ses autres fiefs, le château de Cormont. Le Château de Pibrac est alors pillé, les sculptures martelées et les tours découronnées par des révolutionnaires. Il reste ensuite à l’abandon pendant près de 80 ans avant que l’un des descendants, Anatole du Faur, Polytechnicien, archéologue de l’Orléanais et élève libre de l’École des Chartres, décida de revenir à Pibrac pour restaurer et rendre son lustre d’antan au château d’origine de la famille. Après la mort d’Anatole, son fils ainé, Robert du Faur, prend la suite en menant une deuxième grande campagne de restauration entre 1886 et 1898 afin de rendre cette fois le château habitable et équipé du confort moderne (électricité, chauffage et eau courante). À sa mort c’est son frère cadet Raoul du Faur, peintre et élève du célèbre Ingres, qui finit les travaux et meubla le château.
Au début de la 2e Guerre mondiale, le château de Pibrac, en zone libre, n’a pas souffert des affres de la guerre. Durant ces temps seule la comtesse de Pibrac occupait les lieux, car son mari Raoul était mort bien avant la guerre. Début 1944 un officier du Wehrmacht voulu réquisitionner le château pour en faire un logement pour des officiers de l’armée allemande, la comtesse résiste et interdit aux Allemands de séjourner dans le château, elle leur concéda finalement, sous la contrainte, des dépendances. En 1945 la comtesse meurt sans nouvelles de ses deux fils prisonniers en Allemagne depuis 1940, elle meurt en 1945 .

Jusqu’à la fin du XXe siècle, le château a été habité par l’arrière-petit-fils de Raoul, Pierre du Faur, sa femme Simone et ses 5 enfants. À la mort de Pierre en 2000, son fils ainé Guy du Faur reprit la propriété. Ainsi, en ce début de XXIe siècle le château de Pibrac appartient toujours à la famille du Faur.

La demeure aujourd'hui

Aujourd'hui encore, le château reste la maison de famille des du Faur de Pibrac, dans laquelle il se retrouve pour les vacances.
C'est désormais le petit fils de Pierre, Arnault qui a repris la gestion du château. Ne souhaitant pas remettre en cause la fonction de maison de famille, le souhait de développer une activité dans l'événementiel (mariage et séminaire) apparait la bonne solution pour équilibrer les lourdes charges d'entretien du château.

Ma demeure est ouverte aux visites

Visite gratuite du parc.


Contacter
  • Numéro de téléphone
  • Adresse mail
  • Carte d’identité / Passeport
  • A déjà été loueur

Langues parlées : français