Manoir de Migneaux

78300, Poissy
  • Événements

« A 15 minutes de la capitale, ce magnifique domaine fait partie des lieux d’exception de la proche banlieue parisienne. »

Histoire et personnages illustres

Comme beaucoup de fiefs, le Domaine de Migneaux est né de l’existence d’un petit ruisseau, le Ru. C’est à la seigneurie de Villennes que l’on doit la construction du domaine au XVe siècle. Le plus illustre des ancêtres, Jean II Brinon, est un riche seigneur, poète, passionné de belles lettres, qui va être l’ami et le mécène de Ronsard et de la Pléiade.
À la mort de Jean II en 1565, la seigneurie de Villennes passe dans la famille Bourdin par héritage. Le domaine connaitra divers acquéreurs successifs jusqu’en 1682 quand Charles Dufresny de la Rivière, garçon ordinaire de la Chambre du Roi, le rachète. Ce nom ne vous est pas inconnu ? En effet, en plus de ressembler comme deux gouttes d’eau à Henri IV, Charles Dufresny était le dessinateur officiel des jardins royaux, nommé par Louis XIV en personne ! Le domaine devient alors une véritable source d’inspiration pour ce dessinateur de jardin, qui marquera ainsi un tournant dans l’histoire de l’art des jardins. En effet, en traçant les différents chemins sinueux et « montueux » à travers les obstacles des dix hectares de nature, Charles Dufresny va créer ce qu’on appellera 80 ans plus tard les jardins anglais. Pendant ce temps, Le Nôtre, quitte la terrasse de Saint-Germain, pour tracer les perspectives géométriques de Versailles et règne ainsi sur les jardins « à la française ».

Véritable bohème insouciant, il dilapide toute sa fortune si bien qu’il ne peut plus payer sa blanchisseuse, il décidera donc de l’épouser pour s’acquitter de ce qu’il lui doit. Malin ! Le domaine est alors adjugé en 1690 à Cureau de la Chambre, curé de Saint-Barthélemy de Paris et académicien.

Le château aura par la suite plusieurs propriétaires qui se succèderont. Parmi ces propriétaires, François Nicolas Lenormant, marié à Marie Louise O’Murphy, un modèle du premier peintre du roi, François Boucher. Elle est notamment célèbre sous le nom de Morphine, pour avoir remplacé la marquise de Pompadour dans le cœur et le lit du Louis XV.

En 1791, le nouvel acquéreur du domaine, Jean-Baptiste Decrétot fait appel à l’un des paysagistes qui sera à l’origine de l’implantation en France des jardins anglais, Jean-Marie Morel. Sur les traces de Charles Dufresny, il redessine les bois et les chemins sinueux menant au Ru. Il est particulièrement intéressant d’observer que ce nouveau parc de 1830, reste aux mêmes dimensions que le jardin géométrique auquel il succède. En cela, Morel ne suit pas l’exemple anglais d’utilisation de très grands espaces.

Le domaine est ensuite divisé en plusieurs parties et devient le bien de différents propriétaires.

Avec la Seconde Guerre mondiale, la quiétude du château disparait. Les allemands l’occupent et le bombardement d’Achères et de Poissy font voler en éclats toutes les vitres du château.

Le château sera par la suite revendu à plusieurs reprises puis mis aux enchères et inhabité.

De l’autre côté de la rue, on retrouve une dépendance créée dans les années 1800 par les châtelains de Migneaux qui aimaient beaucoup la nature et les animaux. Ce manoir a donc été construit dans l’esprit « rustique chic » comme pour le Hameau de la Reine à Versailles.

La demeure aujourd'hui

Situé dans un vaste parc clos de 6 hectares, on apprécie tout particulièrement le cadre poétique et verdoyant du domaine. Rénovée en 2009, la villa présente de beaux volumes et des pièces très lumineuses. Propriété actuelle d’une famille sino-belge, elle est décorée de souvenirs de voyages et d’œuvres d’artistes de tous horizons qui en font un lieu unique, très personnel.
Ce lieux hors du temps sera idéal pour accueillir votre mariage au cœur du parc.


Contacter
  • Numéro de téléphone
  • Adresse mail
  • Carte d’identité / Passeport
  • A déjà été loueur

Langues parlées : français